fbpx
Sélectionner une page
Info-négo

No 3

Le point sur la négociation

Soutenir les anges gardiens, tous les anges gardiens : un devoir collectif
12 avril 2020
Options

La situation évoluant rapidement au moment d’écrire cet info-négo, celui-ci n’a pas été publié sous forme de document PDF. Il n’est disponible qu’en ligne (site Web et Facebook). 

Nous vivons présentement une crise sans précédent. Nous voulons, dans les prochains jours, travailler avec le premier ministre à trouver de quelles façons le gouvernement peut aider le personnel, quelles sont les mesures à mettre en place immédiatement pour améliorer les conditions de travail de l’ensemble des travailleuses et des travailleurs dans ce contexte de crise. Nous avons des demandes concrètes, tant en ce qui a trait à la rémunération qu’aux conditions de travail, à soumettre pour soutenir significativement toutes celles et ceux qui sont sur la ligne de front et pour assurer leur sécurité et leur santé, tant physique que psychologique.

La situation actuelle est inédite. Le Québec n’a jamais traversé une crise d’une telle ampleur et cela nous impose d’agir en conséquence. Le temps n’est pas à une entreprise d’envergure comme l’est la négociation du secteur public. Signer des ententes pour les trois, quatre, cinq prochaines années, pour des centaines de milliers de travailleuses et de travailleurs, alors que nous vivons une crise de santé publique sans précédent, nous semble impossible et inapproprié. Les travailleuses et les travailleurs sur le terrain doivent pouvoir mettre toutes leurs énergies à aider les Québécoises et les Québécois à passer à travers cette crise.

Pour toutes ces raisons, nous voulons affirmer une fois de plus notre volonté de collaborer avec le gouvernement dans les plus brefs délais pour faire en sorte que les anges gardiens, tous les anges gardiens, tant le personnel en santé et services sociaux que dans les services de garde, soient soutenus par des mesures fortes et concrètes.

Caroline Senneville
Vice-présidente de la CSN

Share This